lundi 13 juin 2011

le retour chez les gaulois

C'est fini!!!!
Le tour du monde du monde s'est terminé en musique par une dernière étape roumaine à Cluj, lors d'un concert/rencontre improvisé entre des étudiants géographes et une routarde française, dans un bar de la ville.

Après un peu plus de onze mois à voyager autour du globe, la boucle est bouclée, retour à la maison. Nous atterrissons à Beauvais dans une brume fraîche. Bienvenus en France!!!

Evidement nos sentiments et nos émotions sont partagés, beaucoup de nostalgie de quitter ce mode de vie si particulier, mais émus de retrouver tous le monde.
Il va s'agir maintenant de de pas oublier toutes les leçons de vie apprises pendant cette année!!

Un grand merci à tous ceux rencontrés sur notre route, et à tous ceux restés en France qui ont essayé de nous suivre dans notre aventure!!!

samedi 28 mai 2011

Roumanie














Retour en Europe, pour notre derniere etape, la Roumanie. Pays que Camille decouvre avec plaisir, et que pour ma part je retrouve, toujours aussi beau!








Arrives a Bucarest, nous louons une voiture pour huit jours de vadrouille avant de rejoindre notre ami Lucian.








Apres l'inde, la Roumanie est parfaite comme transition avant de rentrer en France, et surtout, elle nous parait tellement calme et paisible!!








Les routes sont toujours telles que je les avais quitte sept ans plus tot: les principales bitunees avec des trous, et les autres en terre ou gravier, difficilement pratiquable avec un autre vehicule qu'une charette a chevaux (surtout en voiture de location).








Nous partons a la decouverte de la Bucovine, region situee au nord est, via quelques beaux chateaux et monasteres, avant de rejoindre la region des maramures.








Le temps et les odeurs de printemps nous rappellent que nous ne sommes pas tres loin de chez nous, les paysages plus familiers, meme si nous n'avons plus ni charrettes, ni meules de foin depuis quelques decennies chez nous.

mercredi 18 mai 2011

Inde, suite et fin


Et voilà, encore un pays passé trop vite...
La visite du Taj Maal au lever du soleil fut superbe. La ville d'Agraa souffrant un peu trop de son succes touristique, il était compliqué d'établir des relations basées sur de simples échanges avec ses habitants.

On reprit la route pour passer quelques jours à Pushkar, loin de la cohue, à observer la vie quotidiennes de ses habitants, rythmée par les coupures de courant, et les siestes à l'ombre. Pushkar est la seule ville indienne qui voue un culte à Brahma. C'est aussi une ville où les principaux mendiants sont les vaches, animal sacré, et pas question de les laisser affamées. Chacun donne ce qu'il peut, un banane, des tomates, du pain... drôle de régime alimentaire pour ces herbivores!!

Et la fin du séjour approchant à grand pas, il fût temps de rejoindre Nittin et toute sa belle famille à Delhi.
Comme à leur habitude, les hommes s'occupèrent de Camille, et les femmes jouèrent à la poupée avec moi, maquillage, coiffage, vernis, henné, habillage, bijoux...tout y est passé, ce n'est pas souvent qu'elles ont des distractions de ce genre!!!
Le final fut une fausse cérémonie de mariage entre Camille et moi, avec photos, danses, repas...
Et c'est avec une boule au ventre que nous quittons l'Inde, ce pays si surprenant.
Avant d'y arriver, on nous avait prédit bien des moments de galère, des coups de blues....
Et bien nous, on s'y est bien senti dans ce pays, malgré ses paradoxes.
Ce pays où l'on peut croiser la neige et la chaleur torride dans la même journée;
ce pays où les hommes mendient, les chiens mendient, et surtout les vaches, reines en la matière mendient;
ce pays où les gens s'agglutinent sur quelques centimètres de banquettes de trains, lorsque le reste du wagon est vide;
ce pays où sous 45°, les hotels vous fournissent des couvertures mais pas de draps;
ce pays où les gens ont un regard si dur, et pourtant tellement emplis de bonheur dès qu'il s'agit de danser;
ce pays où la misère et le luxe, les femmes inexistantes et les hommes tous puissant se cotoient;
ce pays tellement beau et propre à l'interieur de ses monuments, et une poubelle géante à l'exterieur;
ce pays où chaque jour passé, est un jour de plus gagné à la vie;
ce pays où, si l'on sait négocier, ne pas se faire avoir, et surtout... sourire, chaque coin de rue, chaque instant peut aboutir sur de formidables surprises et rencontres;
ce pays tellement fatiguant certes, mais tellement enrichissant...

comme disent les indiens:
en Inde, tout est possible, "Incredible India"

samedi 7 mai 2011

Nous prenons ensuite le train de nuit pour rejoindre Haridwar et Rishikesh, plus à l'est et plus au frais. Rishikesh est un peu comme la capitale indienne du yoga et de la méditation. Des gens du monde entier viennent ici se recentrer et se ressourcer. Temples et ashrams poussent comme des champigons de chaque coté du Gange, et malgré cela, on y trouve un calme reposant assez peu frequent en inde. Haridwar quand à elle, est une ville sainte, lieu de pelerinage, ou les indiens viennent se purifier dans les eaux du gange, et ou les familles n'ayant pas les moyens de faire le déplacement jusqu'à Benares, viennent faire les crémations de leurs proches.
Nous avions prevu de continuer ensuite sur Benares justement, mais cette periode de l'année étant les vacances pour les indiens pouvant se le permettre, les trains sont bondés et complets. Des listes d'attente s'étirent parfois sur une dizaine de jours. Nous continuerons donc vers Agraa et le Taj Maal, afin de pouvoir rentrer à temps sur Delhi prendre notre avion, sans risquer de se trouver coincer à quelques centaines de kilometres, et de ne pouvoir continuer notre periple!!

vendredi 22 avril 2011

Inde

photos inde





Nous quittons un Bangkok en plein état de siege. Tout la ville est en proie à des agressions de pistolets à eau. Meme les policiers ont échangés leurs armes habituelles contre de magnifiques pistolets bleus, verts, ou jaunes fluos... c' est le nouvel an bouddhiste!!

Et nous voila arrivés en inde, nous attendions ce moment avec impatience, nous avions tellement entendu de choses et leur contraire sur ce pays que nous étions tres pressés de le découvrir.

En Inde, la premiere des lecons que l'on a retenu, est que l' on ne sait jamais ou l'on va, ou l'on dort, quand on mange... mais pas d'inquiétude.

Le fil des rencontres reprend de plus bel grace au couchsurfing. Nous nous retrouvons, sans trop savoir comment, dans une famille indienne, sur les toits d'un quartier pauvre, ou une quinzaine de personnes vit dans 20 m carrés de terrasse, au milieu des fils électriques. Nittin, le gendre, se prend d'affection pour nous (ou l'inverse), et nous voila partis arpenter la region de l'Himachal Pradesh, dans l'himalaya, sa region d'origine.

Le long de notre parcours, nous faisons étape chez la grand-mere, les parents, les amis.... Nous nous déplacons en train, en bus, en stop, a pied... ( rarement plus de 40km par jour, les routes etant tellement defoncees, la vitesse moyennes doit etre aux alentours de 15km/h), rarement assis.
Souvent les gens nous invitent à dormir chez eux, mais on ne peut pas toujours accepter...
Nous grimpons des cols, affrontons les chutes de neiges, avant de redescendre dans les vallées ou la chaleur est torride. Nous découvrons la vie de ces villages reculés, les fonctionnement de l'école, croisons souvent des enfants se rendant à l'école, certains font 10km a pied chaque jour pour s'y rendre.
Enfin, apres une semaine de trajet au coeur de l'inde profonde, nous voila enfin à Mac Leod Ganj, ville de residence du Dalai Lhama, enclave tibetaine au nord de l'inde, ou nous retrouvons peu à peu la societe un peu plus moderne, ses voyageurs, ses restos, on va pouvoir manger autre chose que des lentilles et des chapatis, au grand plaisir de nos estomacs endoloris...

Suite
Dejà une semaine passee à Dharamkot, petit hameau perche dans la montagne, à quelques minutes à pied de la demeure du dalai lama. Une semaine en compagnie de Fernando, rencontré à delhi dans la famille indienne, et son amie Diana, deux basques espagnols.
Les journées se passent paisiblement, entre les visites de temples, balades en montagnes, rencontres improvisées avec de jeunes musiciens, une grand-mere aveugle et sa chevre, des moines tibetains, des normands en van, un chercheur de pierres precieuses....
Nous essayons également d'organiser la suite, Camille voudrait visiter le Rajasthan, mais les 50 degrés a l'ombre nous poussent à rester sur nos montagnes.

Finalement, ce n'est pas au Rajasthan, mais dans la ville d'Amritsar, à la frontiere pakistanaise, que nous nous rendons.Ville sacrée pour les siks d'Inde. ( religion minoritaire).
Comme en Inde, rien n'est jamais simple, nous devions partir à 04h du matin, mais le chauffeur de taxi devant nous emmener à la station de bus oubliant de se reveiller, nous sommes arrivés seulement 16h plus tard à destination (pour un peu moims de 200km).

Là, nous avons sans doute passé la nuit la plus mémorable de notre séjour indien: dans le temple d'or, magnifique monument le plus sacré des siks, ou des milliers de gens viennent dormir tous les soir à meme le sol.
Nous nous sommes faits tous petits et integrés à la foule, dans le coin réservé aux quelques étrangers de passage. Le souvenir de toute cette masse humaine allongée sur le marbre blanc restera gravée dans nos mémoires...

Dans les dernieres anecdotes indiennes: que font les indiens pour refroidir les moteurs de taxi en surchauffe?? Ils les remplissent d'eau froide, évidement ca explose, mais ce n'est apparement pas un probleme pour eux, quoi de plus banal??? C'est juste pas de chance si tu te trouves à cote du moteur à ce moment là...


Ensuite nous prenons le train de nuit pour rejoindre Haridwar et Rishikesh, plus à l'est et plus au frais. Rishikesh est un peu comme la capitale indienne du yoga et de la méditation. Des gens du monde entier viennent ici se recentrer et se ressourcer. Temples et ashrams poussent comme des champigons de chaque coté du Gange, et malgré cela, on y trouve un calme reposant assez peu frequent en inde. Haridwar quand à elle, est une ville sainte, lieu de pelerinage, ou les indiens viennent se purifier dans les eaux du gange, et ou les familles n'ayant pas les moyens de faire le déplacement jusqu'à Benares, viennent faire les crémations de leurs proches.
Nous avions prevu de continuer ensuite sur Benares justement, mais cette periode de l'année étant les vacances pour les indiens pouvant se le permettre, les trains sont bondés et complets. Des listes d'attente s'étirent parfois sur une dizaine de jours. Nous continuerons donc vers Agraa et le Taj Maal, afin de pouvoir rentrer à temps sur Delhi prendre notre avion, sans risquer de se trouver coincer à quelques centaines de kilometres, et de ne pouvoir continuer notre periple!!

Inde, suite et fin


Et voilà, encore un pays passé trop vite...
La visite du Taj Maal au lever du soleil fut superbe. La ville d'Agraa souffrant un peu trop de son succes touristique, il était compliqué d'établir des relations basées sur de simples échanges avec ses habitants.

On reprit la route pour passer quelques jours à Pushkar, loin de la cohue, à observer la vie quotidiennes de ses habitants, rythmée par les coupures de courant, et les siestes à l'ombre. Pushkar est la seule ville indienne qui voue un culte à Brahma. C'est aussi une ville où les principaux mendiants sont les vaches, animal sacré, et pas question de les laisser affamées. Chacun donne ce qu'il peut, un banane, des tomates, du pain... drôle de régime alimentaire pour ces herbivores!!

Et la fin du séjour approchant à grand pas, il fût temps de rejoindre Nittin et toute sa belle famille à Delhi.
Comme à leur habitude, les hommes s'occupèrent de Camille, et les femmes jouèrent à la poupée avec moi, maquillage, coiffage, vernis, henné, habillage, bijoux...tout y est passé, ce n'est pas souvent qu'elles ont des distractions de ce genre!!!
Le final fut une fausse cérémonie de mariage entre Camille et moi, avec photos, danses, repas...
Et c'est avec une boule au ventre que nous quittons l'Inde, ce pays si surprenant.
Avant d'y arriver, on nous avait prédit bien des moments de galère, des coups de blues....
Et bien nous, on s'y est bien senti dans ce pays, malgré ses paradoxes.
Ce pays où l'on peut croiser la neige et la chaleur torride dans la même journée;
ce pays où les hommes mendient, les chiens mendient, et surtout les vaches, reines en la matière mendient;
ce pays où les gens s'agglutinent sur quelques centimètres de banquettes de trains, lorsque le reste du wagon est vide;
ce pays où sous 45°, les hotels vous fournissent des couvertures mais pas de draps;
ce pays où les gens ont un regard si dur, et pourtant tellement emplis de bonheur dès qu'il s'agit de danser;
ce pays où la misère et le luxe, les femmes inexistantes et les hommes tous puissant se cotoient;
ce pays tellement beau et propre à l'interieur de ses monuments, et une poubelle géante à l'exterieur;
ce pays où chaque jour passé, est un jour de plus gagné à la vie;
ce pays où, si l'on sait négocier, ne pas se faire avoir, et surtout... sourire, chaque coin de rue, chaque instant peut aboutir sur de formidables surprises et rencontres;
ce pays tellement fatiguant certes, mais tellement enrichissant...

comme disent les indiens:
en Inde, tout est possible, "Incredible India"

dimanche 27 mars 2011

un petit tour au laos, année 2554 du calendrier Bouddhiste... avant de partir pour l'inde

photos laos


Après une nuit de bus, nous découvrons avec plaisir les rives endormies du Mekong, que nous franchissons pour entrer au Laos et sa capitale Vientiane. Ville étonnement calme et reposante, après la cohue de Bangkok. On y trouve les restes de la colonisation française à chaque coin de rue, patisseries, boulangeries, restaurants français. Quel plaisir pour les papilles de gouter un délicieux pain au chocolat tout chaud, le premier de notre voyage !!!

Dans un souci d’économie de nuits dans le bus, nous décidons d’optimiser les transports et surtout de ne pas en abuser. Nous prendrons donc uniquement les moyens locaux, c'est-à-dire tuktuks et bus sommaires, par trajet d’une cinquantaine de kilomètres à chaque étape, et de descendre ainsi jusqu’à la frontière avec le Cambodge.

C’est ainsi que nous nous trouvons dans une sorte de tuktuk géant nous emmenant au village de Ban Nah, première étape. Nous découvrons lors de ce trajet que les lao sont des gens plutôt curieux et ouverts. Même s’ils savent qu’on ne comprend pas leur langue, ils ne peuvent s’empêcher de nous parler, et nous d’essayer de leur répondre en mimes, pas simple!! Ce sont également des gens très tactiles, il ne faut pas être étonné d’avoir un lao dormant sur son épaule, une autre prenant appui sur sa cuisse, c’est comme ça. Camille a même eu le droit au bisou sur la joue par un petit papi, après qu’on ait visité une grotte en sa compagnie.

Nous passons deux nuits dans ce petit village perdu, à la recherche d’éléphants sauvages, on ne trouvera que leurs traces.
Puis nous continuons toujours vers le sud, vers Paksane puis Thakek.
Nous ne regrettons vraiment pas d’avoir choisi ce moyen de transport, les bus au Laos sont très riches en surprises : une fois, il est rempli de sacs de riz jusqu’à 1/3 de sa hauteur, il faut marcher sur les sacs pour accéder aux sièges, ensuite ce sera des tabourets installés sur toute l’allée qu’il faudra enjamber. Le dernier était rempli de cartons, une bonne partie des sièges enlevés, les premiers arrivants avaient des fauteuils, les suivants étant assis sur les cartons (les trajets pouvant durer la journée entière), il peut également arriver qu’il pleuve dans les bus, les toits ne sont pas très étanches…

Le sud, toujours plus.
Après une virée en cyclomoteur dans les environs de Thakek, nous continuons la route pour Savannakhet, mais il y fait un froid que les habitants n'ont jamais connu. Tant pis, on repart à la recherche de la chaleur, que nous retrouvons torride à Paksé, dernière grosse ville avant le Cambodge. De là, nous partons explorer quelques jours, toujours à cyclomoteur, les plantations de café, (plus de 250 villages vivent de cette culture) et les magnifiques cascades alentours.
Puis, après trois jours à une vitesse folle sur notre bolide, il nous fallait un peu de tranquilité, que l'on trouva à Don Khone, petite île sur le Mekong, à la frontière avec le Cambodge, où la principale activié consiste à se reposer dans un hamac, à l'ombre. Et quand la fraîcheur s'installe, ballades à vélo pour essayer d'apercevoir les dauphins vivants dans les eaux du Mekong.
Le laolao au petit-déjeuner (gnôle locale) du "papa" où l'on dormait fût fatal pour l'estomac de Camille, qui s'en souvient encore. Heureusement, le riz gluant est un parfait remède, à son grand désespoir.
petite anecdote: à l'aller, nous avons mis 6h dans un "bus local" à 35 personnes sur 3,5m carré, en comptant une crevaison, et diverses livraisons de nourriture, pneus, brouettes... au retour 2h nous aura suffit en minibus climatisé, quel confort!!!


Enfin dernière étape au Laos: le site de Vat Phou, site khmer de religion hindouiste, classé au patrimoine mondial de l'humanité, un peu de culture après ces jours intenses en farniente.

Voilà, une étape supplémentaire de finie, nous repartons pour Bangkok, fêter le nouvel bouddhiste ( année 2554) avant de prendre l'avion pour New Dehli.

un petit tour au laos

photos laos